Rechercher un spectacle

Recherche Libre :
Recherche par critères :



Liste complète des compagnies Carte des compagnies
Envoyer par email Imprimer

Bestioles


Public : Tout public

Thème scientifique : Origine et Evolution du vivant

Forme artistique : Théâtre

Durée :

De Gwendoline Raisson

Claire déteste les bestioles, limaces, lombrics et autres doryphores. Non, en fait, elle les adore. Elle adore les faire exploser, les écraser, les tuer. Jusqu’au jour où Claire, 11 ans, est transformée en cafard, transportée dans un monde… pas si dégoûtant. Car il y en a des découvertes à faire, et le monde est drôlement intéressant vu en si grand à ras de terre. D’autant qu’en grandissant Claire devient papillon. La compagnie Locus Solus a commandé le texte de cette pièce à l’écrivain jeunesse Gwendoline Raisson. Celle-ci s’est plongée avec passion dans les livres d’entomologistes du XIXe siècle. Elle a aussi croisé la route de Franz Kafka. Sa pièce est riche de précisions et d’émerveillement mais aussi burlesque. Elle raconte avec grande imagination comment l’on peut finalement s’arranger avec nos rejets, nos zones d’ombres, nos obsessions.

C’est l’histoire de Claire, 11 ans.
Au début comme tout le monde, Claire déteste les bestioles. Ou plutôt elle les adore pour le plaisir qu’elle prend à les détruire.

Voilà que Claire est changée en gros cafard, le genre de bestioles justement qu’elle ne pouvait supporter que sous son pied, au moment du craquement fatal réduisant la sale bête à néant.

Cette métamorphose sera pour Claire l’occasion de rencontres étonnantes qui finiront par changer son regard sur elle-même et sur les bestioles.
Claire grandit, pour devenir un beau jour papillon. Parallèlement à sa transformation elle aura aussi apprivoisé le monde, elle le regardera autrement, enrichi d’une quantité de nuances.
Claire sortie d’elle même aura découvert le monde sous ses pieds…, et le chatoiement de ses couleurs.

Quoi faire de ce que nous voulons rejeter ? Comment faire avec notre part d’ombre ?
Comment faire pour s’apprivoiser, pour vivre en lien avec ce qui nous entoure ?

Voilà quelques questions en guise d’introduction.

 A la croisée des arts plastiques, de la littérature et des sciences naturelles.

Le burlesque et l’émerveillement

Le texte du spectacle fait l’objet d’une commande passée à l’auteur de livres pour enfants Gwendoline Raisson. En cours d’écriture, il s’inspire des Souvenirs Entomologiques de l’entomologiste du XIX° siècle Jean-Henri Fabre, de l’Histoires des Insectes du scientifique français du XVIII° siècle Réaumur, et du roman La Métamorphose de l’écrivain Franz Kafka. Des textes de Fabre et de Réaumur, nous retiendrons la justesse des descriptions du monde des insectes et l’émerveillement qu’elles procurent. De la nouvelle de Kafka, nous retiendrons le côté cocasse, surnaturel, humoristique aussi de cette situation.

Un monde d’objets « recyclés »

Pour raconter cette histoire, nous nous aiderons de tout un petit théâtre d’objets un peu obsolètes : des projecteurs diapos, un film super huit, des écrans en tulle pour des apparitions et des disparitions fantomatiques, des valises et des tourne disques. Un masque et des palmes pour jouer des ombres et figurer un cafard... Laisser le neuf de côté pour convier sur le plateau des objets devenus inutiles. Et jouer des différentes projections, des ombres chinoises, des images scientifiques, des photos, des films d’insectes en très grande dimension...

Dernière mise à jour le 24 février 2012