Rechercher un spectacle

Recherche Libre :
Recherche par critères :



Liste complète des compagnies Carte des compagnies
Envoyer par email Imprimer

« Confédanse »


Public : Tout public

Thème scientifique : Astronomie / cosmologie, Physique générale, Physique quantique

Forme artistique : Dance

Durée :

Conception et dramaturgie Gaetano Battezzato, Marina Blandini et Christophe Letellier
Chorégraphie Gaetano Battezzato et Marina Blandini
Réalisation vidéo Marina Blandini
Direction des interprètes Marina Blandini
Danseurs Sandra Falcon – Agostini, Gaetano Battezzato
Chaoticien Christophe Letellier
Mise en scène Guy Simard
Production/ Diffusion Lucie Le Borgne
Laetitia Girodet
Partenaires : Esplanade, Opéra Théâtre de St Etienne
Université de Rouen, INSA de Rouen, Centre Culturel, Scientifique, Technique et Industriel Science Action - Haute-Normandie, Groupe d’Analyse Topologique et de Modélisation de Systèmes Dynamiques (ATOMOSYD) de l’UMR 6614, Centre Culturel, Scientifique, Technique et Industriel de la Drôme, CNRS
La Confédanse est labellisée par l’Année Mondiale de la Physique - AMP 2005 –

La danse est l’art du mouvement. Comme pendant, la théorie du chaos se présente comme une révolution radicale de la perception du mouvement.
L’une suggère, l’autre explicite.

Historiquement issue de la résolution du problème des trois corps, typiquement : un soleil, une terre et une lune, la théorie du chaos a pour objet la description des comportements dynamiques irréguliers mais pourvus d’une structure sous-jacente.

Le mouvement, sujet de cette confédanse où deux danseurs et des images video entrent en résonance avec le discours du scientifique, est rythmé par l’harmonie des corps. Il se révèle à travers des attracteurs : représentations scientifiques attrayantes et intemporelles.

Il est montré que l’observation de mouvements de plus en plus complexes nécessite de changer de niveau de description : l’introduction de la théorie du chaos est ainsi explicitée en prenant appuis sur l’histoire de la représentation du système solaire.

Les mouvements du système solaire sont observés depuis l’Antiquité et leur perception a grandement évolué depuis. Plutôt que de parler de progrès, nous montrons qu’il s’agit d’un changement de perspective métaphysique et de choix esthétique.

Une fugue s’établit entre le discours scientifique et la danse, l’un illustrant l’autre et réciproquement. La chorégraphie reprend explicitement ou implicitement la partition, offrant un second support pour la transmission du discours.

Dernière mise à jour le 22 novembre 2011