Rechercher un spectacle

Recherche Libre :
Recherche par critères :



Liste complète des compagnies Carte des compagnies
Envoyer par email Imprimer

Le Projet Neutrino


Public :

Thème scientifique : Physique générale, Physique quantique

Forme artistique : Musique

Durée :

Mots-clés : neutrino,

Franck Willekens : chant, instruments divers, composition, textes
Bertrand Allaume : basse, contrebasse, effets, programmation, composition
Eric Bourbier : guitare
Jérôme Robillard : batterie
Stéphane Lardot : acteur, mise en scène

Le Projet Neutrino est un nouveau projet du groupe Follenzia.
Les neutrinos sont des particules qui ont la fâcheuse tendance à parasiter les radiotélescopes, ce qui leur a valu le surnom des plus musical de “bruit de fond de l’espace”.
Signes particuliers des neutrinos :
- Indépendants, insaisissables.
- Libres de s’ébattre, de parcourir l’univers et de le remplir de leur multitude
- Aucune chance de les capturer, de les mettre en cage et de les observer.
- Pour déceler ces neutrinos, même affaiblis, il faudrait construire des détecteurs des millions de fois plus performants que ceux qui existent actuellement, ce qui nest pas prêt d’être réalisé.
- Précieuse liberté de mouvement
- Influence gravitationnelle capable de modifier le mouvement des étoiles, des galaxies et le futur même de l’univers.
- Masse de la particule : reste inconnue à ce jour.
- Taille de la particule : plus ou moins égale à un dixième de millionième de milliardième de centimètre. (Propos vérifiables in La mélodie secrète Trinh Xuan Thuan, Ed Folio)
Il apparaît comme certain que toutes ces définitions sont on ne peut plus appropriées aux envies, aux rêves et aux exigences de cette musique... Le Projet Neutrino triture cette musique, cette matière, détaché de toute idée de style, de genre ou de courant et se laisse aller à toute forme d’expressions musicales où se télescopent librement et instinctivement une valse, deux couacs, un blues, une plainte, une farce, un vrombissement, un sol dièse, un archet, une guirlande, un ordinateur, un public, des émotions, des mots, un dub, une poésie... En bref, quatre particules caractéristiques qui interagissent et réagissent à leur environnement, simplement.
Depuis peu le trio accueille une nouvelle particule, très électrique : Eric Bourbier (groupe Marcus) à la guitare... électrique... Bref, ça va remuer sévèrement un répertoire qui a déjà tendance à partir dans tous les sens. Mais que voulez-vous, c’est ça la musique nucléaire, ça explose dans toutes les directions.

Dernière mise à jour le 21 février 2012