Rechercher un spectacle

Recherche Libre :
Recherche par critères :



Liste complète des compagnies Carte des compagnies
Envoyer par email Imprimer

Qu’est-ce qu’un Astéroïde


Valérie Cordy, performeuse


Forte de ses quinze ans de pratique théâtrale et de son expérience des Arts Numériques, Valérie Cordy se MéTAmorphoZ (du nom du collectif qu’elle a créé avec Natalia de Mello et animé durant cinq ans au début du troisième millénaire / archives disponibles) en Astéroïde.

Elle nous raconte, seule en scène, sa trajectoire dans l’éther. Pianotant sur le clavier de son ordinateur comme un pianiste en pleine improvisation, elle nous raconte ce qu’elle a rencontré dans l’éther. Tout comme un musicien en improvisation compte sur sa pratique, ses gammes, ses exercices, ses expériences multidisciplinaires, Valérie Cordy nous présente des spectacles qui ont la force que seul l’instantané de l’impact de la météorite peut avoir. Elle laisse une trajectoire dans l’éther et nous offre une visite guidée des cratères qu’elle réalise après s’être transformée en météorite. Ces cratères nés d’un instantané construit restent dans l’esprit et la mémoire du spectateur comme autant de références pour le futur.

Ces trajectoires et cratères sont autant de rappels à nos réalités, donnant lieu à autant de performances, empruntant une démarche à la fois cohérente et multidisciplinaire, performances qui sont autant de retours à la volée, immédiats comme des smashes, acceptant la rapidité non pas comme une règle d’un jeu mais comme un fait. Cette rapidité est le résultat d’un vrai travail de fond, un véritable travail de dossier, une démarche de recherche et développement nous offrant, en guise de trajectoires et cratères, des performances, des conférences mêlant l’utilisation de moyens multimédias, sons, images, mais surtout un maniement virtuose en direct des outils de l’Internet : réseaux sociaux, sites scientifiques, informatifs, de positionnement géographique ou sociologique pour recréer ou parfois créer un lien au réel dans un contexte donné.

Mises en perspective des Flux


Et si... Et s’il était possible de rediriger le tourbillon d’informations, fausses, vraies, significatives et signifiantes ? Et s’il était possible de donner du sens au tourbillon d’octets dans lequel nous baignons ? Et si ce tourbillon était plutôt une vague dans un Éther, au sens des physiciens du 19ème siècle qui tentaient de décrire la texture et les propriétés de l’Espace ?

Et si nous étions toutes et tous des « étheronautes », perdus, errants plutôt que navigants, peinant à distinguer ce qui fait sens de ce qui est manipulation, peinant à prendre distance sans devenir cyniques, peinant à résister à la tentation de nous diriger instinctivement vers les lumières des lampadaires de l’information de masse, de la culture de masse, là où la plupart se regroupent, pour tenter de maîtriser nos angoisses ? Angoisse du vide, angoisse des fins de mois difficiles, angoisse de la perte du sens concomitante à une société fonctionnant par à-coups. Angoisse du futur dans une société qui se donne une illusion d’immortalité en ayant laissé envahir les moindres interstices de notre espace, de notre éther, par un capitalisme grouillant, conditionnant, permanent.

Et si, donc, il était possible de ramer à contre-courant des vagues d’éther que nous devrions accepter comme faisant partie de notre quotidien, nouvelles lois naturelles, vagues déferlantes d’octets dont la force principale est précisément de nous donner à penser qu’il ne sert à rien de lutter ?

Cette possibilité existe. Cette possibilité s’appelle un astéroïde.

 

Métaphore de l’Astéroïde 

Un astéroïde est avant tout un corps indépendant. Un corps soumis aux mêmes vraies lois de la mécanique que celles s’appliquant aux autres corps célestes, mais ne répondant qu’à ces lois. Un corps ne répondant pas aux prétendues lois de l’habitude orbitale que l’éther nous fait percevoir comme immanentes.

On suppose que les astéroïdes sont des restes du disque protoplanétaire qui ne se sont pas regroupés en planètes pendant sa formation.

Et si un astéroïde est un corps céleste qui évolue dans l’espace et se métamorphose en météorite lorsqu’il s’écrase sur la terre, il a donc un double statut qui génère des possibilités infinies sur scène.

Performances de l’Astéroïde

Les flux, les vagues, les tourbillons d’octets constituant l’éther dans lequel nous baignons tentent de nous façonner, de nous conditionner. Conditionner à accepter l’inacceptable des pires inégalités, des plus sordides entreprises de manipulation de nos émotions et de détournement de nos quêtes individuelles de sens, de nos quêtes de beau, de nos quêtes d’identification de la part de nous même qui n’est pas socialisable c’est à dire que nous ne devrions pas accepter de consacrer à ce que la Société attend de nous.

Tout au long de sa trajectoire, au travers de l’éther, l’astéroïde capte le flux de l’information en fonction des contextes et de ses trajectoires particuliers qui lui sont donnés d’explorer : catastrophe en Haïti, crise financière, « lois » du théâtre et du spectacle dans le cadre de la Sonde CNN/ Flux et Satellites de mars 2010 à La Chartreuse. L’astéroïde intègre ce flux pour le restituer sous la forme de performances au moment de l’impact, après que l’astéroïde se soit fait météorite.

L’astéroïde s’empare des moyens technologiques contemporains : sons, images, Internet et sa foison d’outils, de témoignages, de bouteilles à la mer devenues bouteilles dans l’éther pour les déconstruire et en re-synthétiser des performances ayant le percutant du direct, bousculant tout sur leur passage.

Le Numérique nous offre ce que la nature ne peut nous offrir. Le numérique ne se pollue pas, ne se dégrade pas, il est entièrement recyclable : en le déconstruisant, il est possible d’en refaire du Beau et du porteur de sens. Si la nature nous offrait les mêmes possibilités, José Bové ne saccagerait plus les champs de culture transgénique : il re-synthétiserait ces plantes pour en faire du bio.

Dernière mise à jour le 30 décembre 2011