Rechercher un spectacle

Recherche Libre :
Recherche par critères :



Liste complète des compagnies Carte des compagnies
Envoyer par email Imprimer

Voyage en encyclopédie


Public : Tout public

Thème scientifique : Histoire des sciences

Forme artistique : Théâtre

Durée :

Mots-clés : Théâtre tous publics -Histoire des sciences et des sociétés, histoire de l'Encyclopédie

Création en 2004 - Création de la version légère en février 2011

Adaptation et mise en scène : Pierre Longuenesse
Musique : Frédéric Ligier
Avec : Anne-Catherine Chagrot, Pierre Longuenesse, Frédéric Merlo,Laurent Lovie, Karl Baraquin, Patrick Thoraval , et trois enfants en alternance.
Scénographie : Mélanie Lusseault
Conseillère pour le mouvement : Maïtreyi
Lumière et effets lumineux : Olivier Vallet
Costumes : Solène Delarue et Stéphanie Lehéricey
Son : Olivier Millo
Régie : Jennifer Montesantos
Une Co-production Compagnie du Samovar/CAC Georges Brassens de Mantes-la-Jolie, avec le soutien du Ministère de la culture (DRAC Ile-de-France), du Ministère de la Recherche (DRRT Ile-de-France), du Conseil général des Yvelines, du Val de Marne et de l’Essonne, de la Ville de Paris, de la Spedidam, et du Théâtre des Quartiers d’Ivry.

L’histoire se déroule en une grande journée à la fois symbolique et réelle : réelle, commençant dans le cabinet des philosophes, le matin, à Paris, se poursuivant dans le salon du Grandval (chez les d’Holbach, hôtes des Encyclopédistes) l’après midi, se prolongeant au théâtre le soir, et se terminant dans la solitude d’une nuit d’insomnie de Diderot. Symbolique parce que cette journée est une image du cycle entier de la construction de l’Encyclopédie, de ses débuts, jusqu’au choc de l’arrêté de 1759 précipitant la crise au sein de l’équipe des Encyclopédistes, et notamment la rupture entre Diderot et d’Alembert.

Cette journée se déroule donc de façon discontinue, en dix tableaux successifs tels dix chapitres d’un roman théâtral. Un personnage d’aujourd’hui, insolite et facétieux, Mademoiselle, nous raconte l’histoire, introduit les personnages, nous emmène d’une scène à l’autre, expliquant les lieux , commentant les situations. Lorsqu’elle en éprouve le besoin, elle entre dans la fiction qu’elle présente, jouant les différentes interlocutrices féminines de nos deux héros, pour les encourager ou les contredire.



Nous voyons ainsi Diderot et d’Alembert à l’œuvre dans leur bureau, commençant par plaisanter sur l’obscurantisme religieux, puis plongeant dans la préparation de quelques articles d’optique. Emporté par l’enthousiasme, d’Alembert s’entraîne devant une Académie imaginaire à présenter son discours préliminaire. Plus tard nous voyons les deux mêmes chez madame d’Aine, belle-mère du Baron d’Holbach et marraine des Encyclopédistes, dans son château du Grandval. L’arrêté d’interdiction de l’Encyclopédie vient de tomber, et l’ambiance oscille entre gaieté un peu apprêtée et vraie angoisse, plaisanteries après boire et réflexions métaphysiques. Cette gaieté est brusquement rompue par l’irruption dramatique de tous les fantômes des opposants à L’Encyclopédie, se répandant en invectives et en sarcasmes. D’ailleurs, voilà tout le monde bientôt transporté à La Comédie Française, le soir de la création de la pièce de Palissot Les Philosophes. La tension est à son comble, d’Alembert se retire, excédé par les critiques, et Diderot est effondré.

JPEG - 33.7 ko




Les chanteurs et l’enfant encadrent toute la fable, assistant Mademoiselle, ouvrant et refermant le spectacle, l’animant d’un intermèdes musicaux, jouant les fantômes et les serviteurs.

Lien vers site de la compagnie : http://compagniedusamovar.fr/

Dernière mise à jour le 9 mars 2012